Qu'est-ce que le web 3.0 ?

Le web 3.0, également appelé “web décentralisé”, continue son développement pour devenir l’internet du futur. En lien avec la technologie de la blockchain et la cryptomonnaie, le web 3.0 attise la curiosité dans l’univers de la tech. Mais alors qu’est-ce que le web 3.0 ? À quoi sert-il ? Et a-t-il un avenir ? Recap sur les informations principales de cette nouvelle génération du web et ce qu’il faut retenir ! 

L'évolution du web

Le web 3.0 est donc la 3ème génération du web développé. Mais alors quelles sont les précédentes ? 

Apparu dans les années 1990, le web 1.0 est la toute première génération du web. Également appelé web traditionnel, il avait pour objectif avant tout de diffuser des informations. Comparable à un portail d’informations, les utilisateurs pouvaient passer d’une page à l’autre afin de consulter des sites présentant des produits tel qu’un catalogue de produits papier par exemple. C’était donc avant tout un web statique. 

Les années 2000 marquent un nouveau tournant avec l’arrivée du web 2.0. Cette nouvelle version marque une réelle évolution et rupture avec la génération précédente : c’est l’arrivée du web social. Il n’est plus seulement question de consulter des informations, mais bien de partager et échanger des informations. Ce web participatif se développe et les réseaux sociaux apparaissent : Facebook, Instagram, Snapchat, WhatsApp… Le web se démocratise et devient une plateforme appréciée de tous. Il est alors possible de créer et partager divers contenus (image, textes, vidéo, audios…), de donner son avis, d’échanger entre internautes, de consulter divers avis : c’est la naissance de la socialisation virtuelle. Utilisé au quotidien par le plus grand nombre, le web 2.0 ne cesse de se développer pour devenir même essentiel pour certains. Le web 2.0 a donc révolutionné et transformé notre rapport au numérique.

web-3.0-illustration

Il est donc apparu logique de nommer la prochaine génération d’Internet, le web 3.0. Gavin Wood, fondateur de la fameuse blockchain Ethereum, est à l’origine de ce projet. Inventé en 2014, l’objectif est de créer un web décentralisé grâce à l’enregistrement de données et de contenus sur des blockchains. Ce processus permettrait donc de démocratiser Internet en donnant du pouvoir aux créateurs de contenus et plus seulement au grands groupes dominant le secteur comme les GAFAM. En passant par la blockchain, les internautes pourraient donc contrôler de A à Z leurs données personnelles et participer activement à la gestion du web. Ce nouveau web peut être résumé par les 3 principes suivants :

  • Accessibilité : tout le monde peut y avoir accès
  • Universelle : aucun système d’exploitation gère et contrôle
  • Indépendance : tous les supports peuvent être utilisés 

La technologie utilisée

Le technologie utilisée pour développer le web 3.0 est la blockchain. Au-delà des crypto-monnaies, elle permet d’acter des contrats ou encore contrôler le fonctionnement d’applications : ce sont les DApp et les decentralized applications. Ces applications sont semblables à des registres au sein desquels tous les échanges effectués entre les utilisateurs sont stockés. Étant décentralisés, ces registres sont certes stockés, mais sur les serveurs des utilisateurs. Par conséquent, en se basant sur un système cryptographique, la DApp est sécurisée, autonome et décentralisée.

blockchain-illustration

Pourquoi utiliser le web 3.0 ?

Le web est aujourd’hui dominé par des plateformes en ligne utilisées à travers le monde entier : Amazon, Méta, Alphabet, Apple… Ces grandes entreprises collectent au quotidien des données personnelles sur les internautes et les utilisent afin de tirer profit de ces données personnelles. Grâce à l’utilisation de la blockchain, ce web est décentralisé, sans points de contrôle et donc davantage sécurisé. De plus, ne passant pas par des intermédiaires, tels que des plateformes, des banques, institutions… Il n’y aura pas de profit effectué sur les transactions faites. Ainsi, l’objectif principal de cette nouvelle génération de web est de redonner du pouvoir aux internautes notamment en ne passant plus par les intermédiaires que sont les grandes entreprises de la tech.

Le web 3.0 regroupe donc différents avantages tels que la propriété et le contrôle des données partagées, le fait de rester anonyme ou encore la censure. De plus, à l’inverse des applications centralisées, le réseau décentralisé d’Ethereum permet de limiter le risque et le temps d’interruption des réseaux. Le web 3.0 devrait donc continuer son développement et conquérir petit à petit de nouveaux internautes. 

Pour toutes informations concernant la réalité augmentée, n’hésitez pas à contacter nos experts !